« Da Tekno Sombrero » : Saisie des Tourista Debandade/Revolt 99/KO37 Unit (30)

Dans la série des saisies…


Encore peu d’informations validées autour des faits, hormis quelques vidéos et articles de la presse professionnelle (s’étant donner à cœur joie !). Une mise à jour imminente à prévoir.

Ce sont entre 2000 et 3000 fêtards qui se sont retrouvés dans le Gard à Laudun-L’Ardoise dès vendredi soir, sur le site d’une ancienne aciérie détenue par ArcelorMittal. Invoquant la dangerosité du site, c’est la préfecture en accord avec la mairie qui aurait ordonnée l’évacuation du site par la gendarmerie.

 

A 17h00 samedi, l’entrée du site étaient déjà filtré par les forces de polices qui effectuaient des dépistage alcoolique. C’est à 18h que que le son à été coupé et qu’une soixantaine de CRS avaient investi le hangar, se plaçant devant le mur.

 

L’intervention, a donné lieu à une vive confrontation entre les gendarmes et les participants ; après avoir coupé le son sans rechercher une quelconque discutions, gaz lacrymogènes et matraques ont été au rendez-vous, ce qui aurait conduit les fêtards à répliquer.

 

Bilan (à prendre avec des pincettes car relativement variable selon les sources) : 18 blessés chez les gendarmes et 4 chez les fêtards.

 

 

Vidéos

 

 

 

Dans la presse

Les gendarmes mettent fin à la free-party et se font caillasser

La free-party organisée ce week-end sur un ancien site industriel en friche à Laudun-L’Ardoise (Gard, près d’Avignon) s’est achevée avec un caillassage des forces de gendarmerie.

Lire sur LeDauphine.com

 

 

Gard : la rave-party dégénère à Laudun-l’Ardoiseoise
Des échauffourées « assez violentes » ont eu lieu samedi soir lors d’une rave-party dans le Gard entre forces de l’ordre et participants à cette fête non autorisée, a-t-on appris de source judiciaire.

Lire sur MidiLibre.fr

 

 

Gard: 18 blessés chez les gendarmes après des affrontements lors d’une rave illégale
Des échauffourées « assez violentes » ont eu lieu lors d’une rave-party dans le Gard entre forces de l’ordre et participants à cette fête non autorisée.

Lire sur Lexpress.fr

 

Communiqué de la Tekno Sombrero Connexion

 

Suite aux nombreux articles publiés dans la presse, après la soirée TEKNO SOMBRERO du 25 avril 2015 à Laudun l’Ardoise dans le Gard, sabotée par la préfecture, relayant en boucle les différents rapports de gendarmerie, nous sommes dans l’obligation de donner notre version des faits.

 

Le choix de ce lieu – Cette usine démantelée en partie, il y a plus de 10 ans, est encore, à ce jour, la propriété d’Arcelor–Mittal, qui après avoir pollué toute la zone ainsi que le Rhône pendant de nombreuses années, la laisse à l’abandon et sans aucun plan de réhabilitation.
Après discussions, aussi bien avec les gendarmes qu’avec les représentants de la mairie, au cours de la journée du samedi, personne ne nous a demandé de stopper la fête… Nous nous sommes entendus avec eux sur le fait qu’il fallait rester vigilant et tenter d’encadrer les participants pour éviter certains endroits du lieu, ce que nous avons largement fait. Aux dires de certains membres de la mairie qui connaissaient très bien l’endroit, le site n’était en aucun cas aussi dangereux que la préfecture le laisse entendre et la soirée n’entraînait aucune nuisance au niveau sonore pour les habitants de la commune. Pour toutes ces raisons, nous avons décidé, dans un premier temps, de nous installer pour le week-end dans cette usine et d’y rester, dans un second temps, pour continuer cette fête.

 

L’intervention de la gendarmerie – Elle s’est faite par surprise et par l’arrière du site, sans aucune discussion préalable avec la préfecture. Après avoir été encerclés par le gendarmes, nous avons réussi à les repousser de derrière notre installation pour commencer à démonter. Au fur et à mesure, les participants ont été éloignés à coup de matraques et de gaz lacrymogène. Nous avons pu tout démonter dans une certaine confusion et sous les jets lacrymogènes. Une fois l’installation démontée, l’officier supérieur de la gendarmerie nous a proposé de juste sortir 2 camions transportant le groupe électrogène et du matériel à l’extérieur de du hangar et nous a promis que l’intervention s’arrêterait là… Mais arrivé à l’extérieur, le but était de faire suivre les camions, de les saisir et de les faire sortir du site encadrés par la quinzaine de véhicules de gendarmerie… N’ayant pas respecté leurs engagements, nous avons refusé de les suivre. S’en sont suivi des jets de gaz lacrymogène, de fumigènes en direction des participant qui avaient suivi… Les véhicules de gendarmerie ont été contraints au repli à ce moment-là, mais le but premier de la préfecture avait été atteint : stopper la fête à tout prix !

 

Cette intervention violente des forces de l’ordre était en opposition complète avec toutes les discussions que nous avons eues au cours du samedi avec les différents représentants de la gendarmerie et de la mairie. L’intervention et uniquement l’intervention a mis en danger un grand nombre de personne. La réaction du public était une réponse proportionnée à la violence dont ont fait preuve les forces de l’ordre, ni plus ni moins. Grâce à l’unité dont a fait preuve une grande partie des participants, nous avons pu sauver notre matériel, nous tenons à le dire. Toujours dans l’optique de négociations constructives avec les représentants de l’état lors de nos précédentes soirées, cette fois-ci nous ne pouvons que constater que la violence répond à la violence… et que rien de positif ne naît de cette violence !

 

Pour finir, sur cette vidéo du berger. Les « journalistes » se sont-ils renseignés sur le personnage avant de mettre en ligne ce pseudo reportage aux odeur de cadavres et d’arnaque à l’assurance… Ce personnage qui a menacé pendant toute la journée des gens avec son fusil, est bien connu de la gendarmerie et de la mairie et fait plusieurs gardes à vue tous les ans,… beaucoup plus que l’ensemble des participants à notre événement… Ce sont les gendarmes eux-même, qui nous ont mis en garde contre lui dès le samedi matin ! Quelle vision de l’information avez vous, vous journalistes, quand vous ne relayez que les rapports de police sans même vous rendre sur place et sans même essayer d’avoir votre propre avis sur un fait… Nous ne disons pas que cette histoire de brebis n’est pas possible, bien que complètement indépendante de notre volonté et de nos efforts pour bien encadrer l’événement, mais votre reportage est une manipulation, une honte pour votre métier et pour les gens qui pensent pouvoir faire confiance aux informations que vous diffusez. Nous avons essayé de faire un démenti auprès du MIDI LIBRE, dès dimanche après-midi. La journaliste que nous avons eue au téléphone n’a jamais publié aucune information ni même mis à jour son article en donnant notre version des faits…

 

Aujourd’hui, nous revendiquons encore et toujours plus le droit à la fête libre, responsable et autogérée. Ce qui ne nous tue pas nous rend encore plus fort… Et si cet événement peut faire reparler de ce scandale étouffé, lié à cette usine ARCELOR-MITTAL, et faire avancer sa réhabilitation demandée depuis de nombreuses années par la commune, nous n’aurons pas tout perdu.

 

DA TEKNO SOMBRERO CONNEXION

Gallerie

Le Webzine

Vous aimerez peut-être

Live streaming, Podcasts...

Vous êtes Dj, live performer, ou souhaitez faire rediffuser un de vos événements ?

Les derniers articles

Discord - Produc-Sounds

Rejoins le Discord !

Tu cherches un lieu où collaborer, partager et discuter autour de la musique électronique ?

Le serveur est organisé en différents #salons thématiques animés et développés par les membres de façon à offrir un espace évolutif correspondant aux besoins du collectif.

Salons textuels, salons vocaux, partage d’écran, streaming… Discord est une plateforme de messagerie et de VoIP disponible par navigateur, logiciel (Windows et Mac) et mobile (iOS et Androïd).

Papotages, partages et collaboration autour de la musique électronique, d’événements, recherches de co-voiturage, agenda de la web TV… La communauté t’attend !
C’est parti ! 
Rejoins la communauté sur Discord !

Papotages, partages autour de la musique électroniques, recherche de co-voiturage… De nombreux salons thématiques animés par les membres !